11 - Robespierre et la rose

La rose croît pour tout les hommes, mais tout les hommes ne sont pas fait pour sentir ses charmes. Le vulgaire y voit une fleurs dont les couleurs plaisent à la vue et donc le parfum flatte agréablement l'odorat. Le fleuriste imbécile ose préférer des fleurs dont la rareté font le mérite. L'amant, plus raisonnable, la considère comme l'image la plus touchante des charmes les plus intéressants de celle qu'il aime, mais il n'appartient qu'a un très petit nombre d'êtres privilégiés de l'aimer pour elle-même et de lui rendre un hommage digne d'elle.

Parmi cette foule d'hommes automates qui, plein d'une stupide admiration pour les biens méprisables que l'opinion a crées, contemplent  avec une coupable indifférence les plus magnifiques ouvrages de la nature et à qui la vue d'une rose n'a jamais rien inspiré, l'éternelle providence a fait naître et perpétue une race choisi d'hommes sensibles et généreux qui la vengent de leur mépris par un culte aussi sincère qu'intéressant. La rose ne s'offre jamais a leurs yeux sans réveiller en eux mille idées riantes, mille sensations délicieuses qui ne sont connues que des âmes délicates.

Ce n'est point un plaisir vulgaire qui s'arrête aux yeux et à l'odorat, c'est une jouissance exquise, c'est je ne sais quel charme inexprimable qui maîtrise à la fois leurs sens, leur âme, et leur imagination. Et ne pensez-vous pas, Monsieur qu'il y ait dans cette reine des fleurs une divinité cachée ?

Texte de Robespierre pour les ROSATI

Robespierre fut reçu aux ROSATI le 21 juin 1786. Cette société littéraire, créée le 12 juin 1778 dans une guinguette d'Arras (et nommée « au berceau des roses ») louait la rose (poésie-prose)

App0002.jpg

0.60 x 0.80 m

pink02_back.gif  pink02_next.gif

  © 2005 Autourdesroses.com - Tous droits protégés -  Copie interdite