Rue 

ruta graveolens


Fortement aromatique (attention, je vous vois grimacer !), son odeur particulière paraît... franchement désagréable, voir nauséabonde pour le nez de quelques jardiniers(ères).
Mais ses jolies feuilles gris bleuté sont si jolies en bouquets avec... devinez qui !

Dès l'antiquité grecque, la rue entrait dans la préparation d'antidotes, et on s'en servait en collyres pour améliorer la vue.
Aristote, dans son "Histoire des animaux IX-6 rapporte que la belette, avant de combattre les serpents, va se frotter contre cette plante redoutée des reptiles.
Cette croyance est encore vivace de nos jours.
Surnommée "herbe de grâce", et réputée pour ses vertus anaphrodisiaques, la rue figurant dans le Capitulaire De Villis était cultivée dans tous les monastères de la France du Moyen-Age. Les moines devait en consommer régulièrement pour garder leur chasteté.
Dans les Abbruzzes (Italie), la rue fournissait un talisman contre les sorcières : on cousait des feuilles de rue dans une petite bourse portée cachée sur la poitrine.
En frottant le plancher de sa maison avec cette plante, on était sûr de chasser les sorcières (et certain de faire fuir les puces réfugiées entre les lattes de parquet !).

QUELQUES UTILISATIONS

 

AU JARDIN :

Appelée aussi rue officinale, rue odorante, rue fétide, herbe de grâce, rue des jardins, la rue est une herbacée, vivace rustique répandue en France et autour du bassin méditerranéen, sur les coteaux arides.
De part ses origines, cette plante préfère les situations ensoleillées, mais tolère une ombre légère.
Elle apprécie un sol profond et bien drainé, peu d'arrosages et l'engrais ne lui est pas nécessaire.
Pouvant atteindre 80 cm de haut, la rue supporte bien la taille (au début du printemps) qui est même conseillée pour  garder une jolie forme arrondie à la plante et faire de belles bordures.
Les semis ont lieu dès mars, en caissettes abritées, la rue se reproduit aussi par boutures et marcotte très facilement : il suffit de faire toucher terre aux branches, et à couper du pied mère une fois que c'est bien enraciné.
Les 2 variétés les plus courantes sont "Jackman's Blue" et "Variégata" aux feuilles mouchetées de blanc.
  ATTENTION : La sève de cette plante est photosensibilisante : risque de brûlures de la peau après contact avec la sève et exposition solaire.
Porter des gants pour la manipuler, et éviter la rue dans un jardin avec de jeunes enfants.
 RECETTE ANTI-PUCERONS :
Avant que les fleurs montent en graines, mettre 900 g de rue dans 10 l d'eau.
Laisser macérer pendant 10 jours et filtrer ce purin qui se conserve plusieurs mois dans un récipient bouché.
Pour traiter, diluer 200 ml de purin pour 1 l d'eau et pulvériser sur les feuillages.
Renouveler tous les 3 ou 4 jours, tant que les pucerons résistent.

 

 USAGES MEDICINAUX :

Antispasmodique, emménagogue et sédative. C'était une plante utilisée autrefois pour ses propriétés abortives.
La rue fut interdite après la guerre de 14-18 (loi de 1921) : le simple fait d'écrire qu'elle "faisait passer les enfants indésirables" était passible de poursuites !

DANS LA MAISON :

 C'est un puissant répulsif des puces, mais aussi d'autres insectes.


 CÔTE CUISINE :
Les feuille fraîches ou séchées sont à utiliser en petites quantités (parfumées mais très amères) dans les sauces, oeufs brouillés ou omelettes, fromages blancs et beurres aux herbes.
Très prisée des Anglo-saxons, la rue sert aussi à aromatiser des boissons alcoolisées, la bière mais aussi le vin blanc dont elle rehausse le bouquet.

 

 Accueil plantes ancient_next.gif

  © Copyryght 2005 Autourdesroses.com -  Tous droits protégés - Copie interdite