Iris 

iris germanica florentina

 

Une fleur aussi royale que la rose...
Et puis, que de formes, de couleurs, et de parfums, difficile de résister au plaisir d'associer rosiers et iris, pour de brefs, mais somptueux mariages !

Des plantes à fleurs que l'homme ait cultivées, l'iris est l'une des plus anciennes : sur les murs du temple égyptien de Karnak (1500 ans avant J.-C.) des iris sont représentés.
En Grèce Antique, un culte était rendu à la déesse Iris, en lui offrant des fleurs portant son nom : il est vrai que cette déesse avait la lourde tâche de conduire les âmes des femmes mortes vers les enfers.
Les Romains ont suivit la coutume en plantant des iris sur les tombes féminines.
Très présents dans les jardins français du Moyen-Age , car outre leur aspect décoratif, les médecins et la pharmacopée de l'époque faisaient grand cas de l'iris, et surtout de ses racines.
Les fleurs de lys de Clovis, sur le drapeau des rois de France, seraient en fait des iris jaunes des marais de Chatellerault ou Clovis remporta une victoire.

 

AU JARDIN :

Le groupe des iris comprend plusieurs centaines d'espèces, les rhizomateux sont les plus courant dans nos jardins (au point même de se naturaliser en Provence le long des voies de chemin de fer...), mais il existe aussi des iris bulbeux ou fleurissant à l'automne ( iris unguicularis ou iris d'Alger).
Il est facile de se procurer des iris en jardineries (godets) ou de procéder à des échanges (entre voisins ou fêtes des plantes) car pour bien fleurir, les iris doivent être divisés tous les 2 ou 3 ans.
Le choix des couleurs ( et parfums) est immense.
En règle générale, l'iris à rarement besoin d'engrais, mais de beaucoup de soleil, et sauf cas particuliers (iris du Japon et de Sibérie) aime les sols très bien drainés.
Attention : Ces majestueuses fleurs sont très aimées des escargots et autres limaces.

 

 MEDICINALE :

Expectorant, vomitif, purgatif... et excitant, l'iris était autrefois utilisé en cas de bronchite, d'asthme et de coqueluche car fluidifiant des sécrétions.

COSMETIQUE :

La racine séchée entre dans la composition de shampooings secs, de sels de bains et de talcs parfumés, mais aussi dans de nombreux cosmétiques en raison de ses vertus adoucissantes et de son odeur de violette : il sert également de fixatif en parfumerie.

 

 Accueil plantes ancient_next.gif

  © Copyryght 2005 Autourdesroses.com -  Tous droits protégés - Copie interdite