Hysope 

hyssopus officinalis


Sous le chaud soleil d'août, j'ai entendu des hysopes racontant comment leurs ancêtres (vraiment très lointaines...) servaient à nettoyer le temple de Jérusalem, se vantant de servir de parfum au roi Salomon et de fréquenter la grande Hildegarde de Bingen, mais est-ce le soleil ou bien leurs arômes un peu forts qui m'étourdissent ?
Parce que, ces petites hysopes, elles oublient de raconter que pendant longtemps aussi, elles étaient éparpillées autour et dans les maisons d'une époque ou les bains étaient peu fréquents, alors que la promiscuité avec le bétail était quotidienne... Et puis elles oublient aussi de raconter combien "d'oeil au beurre noir" leurs feuilles ont soignés : parce que tout cela est bien peu royal, et ces demoiselles goûtant fort la compagnie des rosiers, préfèrent ne raconter que leurs nobles origines !
Il est vrai que d'aromatiser le vin des rois Mérovingiens, paraît plus noble, peut-être, que de faire fuir fourmis, chenilles et autres pucerons des parterres...
Et pourtant, petites hysopes, au si lointaines et grandes origines, il ne faut pas oublier que les plus grandes actions sont souvent les plus modestes, et que de soulager le quotidien de nombreux et simples humains et au combien noble !
Allez, n'en rajoutez pas, jolies hysopes, d'accord, vous avez gagné : je vous plante auprès des rosiers !

QUELQUES UTILISATIONS

 

AU JARDIN :

Le plein soleil favorise une croissance compacte et un fort arôme, mais l'hysope peut supporter un peu d'ombre une partie de la journée.
Cette plante résistante affectionne les sols riches et bien drainés.
Les semis peuvent avoir lieu au printemps ou en fin d'été. Cette plante se reproduit également par divisions de touffes (fin d'automne ou début de printemps) et par boutures de pousses printanières.
La variété aux fleurs bleu intense est bien connue, mais l'hysope existe aussi avec des fleurs blanches ou roses.
Il est conseillé de tailler au printemps pour avoir des touffes compactes.
Lors d'hiver rigoureux, il est prudent de protéger l'hysope, néanmoins rustique jusqu'à -10°.

QUELQUES UTILISATIONS


 

 MEDICINALE :

Fluidifiant bronchique, draineur des catarrhes, expectorant, antiseptique respiratoire, béchique, émollient, hypertenseur, antispasmodique, stomachique, carminatif, dépuratif, diurétique, emménagogue.
L'huile essentielle d'hysope, peut à dose élevée, s'avérer épileptisante et ne doit utilisée que sous contrôle médical.
La tisane d'hysope, faite à partir des tiges, feuilles et fleurs, fraîches ou sèches, soulage les rhumes.
L'hysope, utilisée dans le traitement des infections pulmonaires et des bronchites était réputée redonner du tonus.
En usage externe, des cataplasmes de feuilles fraîches broyées permettent de soigner plaies et contusions.

COSMETIQUE :

Toute la plante est fortement aromatique, son huile est utilisée dans la fabrication industrielle de parfums et cosmétiques.
La tisane froide d'hysope est un tonique facial agréable et stimulant.


 CULINAIRE :

Les feuilles ou fleurs fraîches, en quantité modérée peuvent donner du tonus à une banale salade.
Ajoutées en fin de cuisson, les feuilles finement hachées, donnent une agréable note piquante aux potages, viandes de porc ou de mouton, mais aussi aux farces, compotes et tartes aux fruits.
L'hysope était largement utilisée au Moyen-Age pour aromatiser les viandes et en faciliter la digestion.
Essayer en quelques feuilles dans vos terrines et pâtés : vous m'en direz des nouvelles !

 Citation ancienne : "Il sait tout depuis le cedre jusqu'à l'hysope" ; c'est un homme fort instruit dans les sciences naturelles et il en a approfondi tout les détails (se disait par allusion à la Bible rapporté de la science du roi Salomon).

 Accueil plantesancient_next.gif

    © Copyryght 2005 Autourdesroses.com -  Tous droits protégés - Copie interdite