Camomille 

anthemis nobilis
martricaria recutita
chrysanthemum parthenium


Bon, il y à camomille et camomille : celle qui sert de gazon dans les pays Anglo-saxons, la matricaria suaveolens (treneague) ne présente pas d'intérêt thérapeutique, mais supporte le piétinement, dégage un parfum agréable et de plus est un beau tapis vert, tout comme l'anthemis nobilis, qui bien qu'un peu moins résistante, peut aussi servir de pelouse.
Voilà pour les très basses, ou maintenues comme telles. Plus hautes, les simples sont bienvenues dans les jardins bohèmes et les doubles dans les jardins plus sages: elles sont d'ailleurs fort jolies dans de romantiques bouquets.

La matricaire était utilisée des anciens Egyptiens lors des rituels d'embaumements, et pour soigner les fièvres récurrentes (malaria).
Le médecin grec Discoride et le naturaliste romain Pline l'Ancien recommandait la camomille pour soigner les maux de tête, les troubles de reins, de foie et de vessie.
Les médecins ayurvédiques de l'Inde ancienne en faisait le même usage.
Les Allemands consomment la camomille depuis l'aube des temps, au point qu'une variété est surnommée "camomille allemande".

QUELQUES UTILISATIONS

 

AU JARDIN :

En pelouse (sauf dans les régions sèches) ou dans les massifs, voir au potager, de 20 cm à plus d'un mètre, il y a des camomille pour tous les emplois (y compris celui d'activer le compost, ou feuilles et plantes entières sont les bienvenues).
Les semis ont lieu à partir de mars, sous abri, en place ou en caissette. Les camomille se multiplient également par boutures au printemps, par éclats et par marcottage.
Cette plante marque une nette préférence pour les situations ensoleillées mais tolère la mi-ombre. Un sol léger et frais est nécessaire au bon développement de ces plantes, qui par ailleurs semblent désintéresser parasites et maladies.

L’infusion concentrée de camomille est utilisée pour redonner "une santé" aux plantes souffrant de moisissure par excès d’humidité.
Plantes entière et décoction de camomille sont des activateurs de composts.

Vivaces rustiques, elles supportent jusqu'à -15°.


  MEDICINALE :

Antalgique, antinévralgique, emménagogue, fébrifuge, sédative, stomachique,tonique, la camomille est également utile en cas d'irritations oculaires. Utilisée pour soulager les problèmes digestifs et combattre l'insomnie, son infusion peut également servir de bain de bouche.


COSMETIQUE :
Son usage est bien connu pour éclaircir les cheveux blonds (décoction à raison de 70 g par litre d'eau), mais outre les lotions capillaires et shampooings, elle entre dans la préparation de pommades et parfum. L'huile de camomille (100 g de fleurs pour un litre d'huile d'olive, à laisser macérer 3 semaines au soleil, puis filtrer) est utile pour adoucir les peaux irritées... et les muscles engourdis par les rhumatismes.



 CULINAIRE : Peu utilisée en cuisine... sauf pour les tisanes digestives, elle sert en industrie lors de la fabrication de vins apéritifs, vermouth et liqueurs.
  DIGESTIF A LA CAMOMILLE :
Dans un litre de cognac, mettre 80 g de fleurs de camomille, 1 bâton de cannelle, 3 clous de girofle, quelques râpures de noix de muscade et 100 g de sucre.
Laisser macérer 3 mois dans un récipient fermé ; puis filtrer et mettre en bouteille.
A CONSOMMER AVEC MODERATION


 

Accueil plantesancient_next.gif

   © Copyryght 2005 Autourdesroses.com -  Tous droits protégés - Copie interdite