Alchémille 
alchemilla vulgaris


Il est devenu classique d'associer les alchémilles aux rosiers : Leurs végétations redémarre ensemble au printemps et les inflorescences vaporeuses de sa floraison accompagne merveilleusement les roses (tient bien en bouquets), de plus, son feuillage borde joliment les allées.

Le terme de manteau de Notre-Dame fait référence à la Vierge Marie, à qui l'herbe était dédiée au moyen-âge.
Son nom d'alchémille indique son lien avec l'alchimie : Les alchimistes recueillait le matin les gouttes d'eau à la surface des feuilles, "l'eau céleste" qui les aidaient dans leurs travaux de recherches de la pierre philosophale. Longtemps, cette rosée fût réputée pour des qualités magiques et extraordinaires.


UTILISATIONS

 CULINAIRES :

En petite quantité, les jeunes feuilles agrémentent les salades de leur saveur douce mais légèrement amère.

 

 MEDICINALE :

Astringente et anti-inflammatoire, stomachique, emménagogue, hémostatique et cicatrisante. Considérée comme une herbe féminine, elle s'utilisait pour traiter les maux des dames (affections gynécologiques, ménopause, problèmes menstruels...). On l'utilisait également en décoctions pour des gargarismes lors d'inflammation des muqueuses et comme bain de bouche après une extraction dentaire (fort musclée à une certaine époque...).

EN COSMETIQUE :

L'alchémille, depuis longtemps amie des femmes avait la réputation de raffermir la poitrine, ce qui s'explique par les vertus astringentes de la plante.

Par ailleurs, le jus des feuilles, astringent, est excellent pour assainir les peaux grasses

 

AU JARDIN :

Plus populaire que la variété spontanée (que l'on trouve dans les prés humides, les bois, les plaines du Nord et en montagne), c'est l'Alchémille mollis qui est le plus souvent cultivée dans les jardins (aux feuilles moins coriaces... voir molles.
Haute de 25 à 45 cm, elle est utile pour border les massifs et en "écrin de verdure", car son feuillage est décoratif.
L'alchémille pousse pratiquement en toute exposition et tolère la plupart des sols, à l'exception des terres détrempées en permanence.
Elle se ressème allègrement, mais je coupe les têtes fleuries qui se fanent et ne sont guère jolies à ce moment-là ! Bonne fille, l'alchémille se multiplie par division de touffes, au printemps ou à l'automne... et par repiquages des semis naturels: il y a toujours des fleurs donnant leurs graines avant que passe mon sécateur...
Et puis, au petit matin, quel merveilleux spectacle que ces milliers de perles de rosée sur le pourtour des feuilles, c'est magique !

ancient_back_1.gif Accueil plantes ancient_next.gif

   © Copyryght 2005 Autourdesroses.com -  Tous droits protégés - Copie interdite