12.-PIERRE-JOSEPH REDOUTE

Pierre-Joseph Redouté (1759-1840) était luxembourgeois et appartenait a une famille de peintres. A l'age de 13 ans, il découvrit l'oeuvre des grands maîtres hollandais de son temps, et quitta la maison familiale pour peindre des portraits de riches bourgeois, et décorer leurs demeures. Arrivé à Paris en 1782, il y travailla comme peintre de décors de théâtre. Un noble féru de botanique, Charles de Brutelle, distingua le jeune artiste, découvrait qu'il aimait peindre les fleurs et l'envoya se perfectionner au jardin royale de Kew en Angleterre.

Quand redouté revint en France, il Rencontra Gérard Von Spaëndock, peintre du roi. Von Spaendock était l'artiste attitré du Jardin royal, aujourd'hui Jardin des Plantes. Il introduisit Redouté à la cour et, en 1787, Pierre-Joseph devient le peintre des fleurs de la reine Marie-Antoinette, poste qu'il occupa jusqu'en 1793.

Au tout début du 19e sicle, Redouté fit la connaissance de Joséphine de Beauharnais, femme de Napoléon et créatrice du Jardin de la Malmaison que décrivit le Botaniste Ventenat dans un ouvrage illustré par Redouté (1800) ce fut le départ d'une longue collaboration.

Joséphine était passionnée par la beauté des roses dont elle faisait la collection. C'est pour elle que Redouté entreprit d'illustrer 'ouvrage Les roses décrites et classées par Claude-Antoine Thory, qui parut en 1817 quatre ans après la mort de Joséphine.

Habile courtisan , Redouté offrit ce chef-d'oeuvre à une grande dame du nouveau régime , la Duchesse d'Orléans.

9954 octets

La technique Redouté :

Pierre-Joseph Redouté a innové dans cette technique en apportant une qualité nouvelle : Il a en effet substitué à la technique légère de l'aquarelle, celle de la gouache,  épaisse et parfois pesante, mais qui permettait de donner une profondeur de couleurs inconnue jusqu'alors, et de faire ressortir plus encore la finesse et la délicatesse des fleurs qu'il peignait

App0011.jpg

0.70 x 0.90 m

pink02_back.gif  pink02_next.gif

  ©  2005 Autourdesroses.com - Tous droits protégés -  Copie interdite